• Balade : Tour des Kapièles

    Imprimer

     

    Ce tour des chapelles est un résumé de celles existantes en 1939 reprises dans le livre d'Antoine Gosselin et Jean Rolland,  et un relevé de celles construites après cette époque

    Cliquez sur les liens roses vous trouverez les différents posts parus ( certains doivent être faits)

    Départ l'Eglise St servais,

    Saint Servais

    « Remonstrant très humblement les Mayeurs et Echevins d'Estambruges que depuis un temps immémorial ils ont un Chapelain audit lieu, à qui ils cédaient cydevant tous les offrandes.... Que les pélerins font à Saint-Servais, qui est dans une chapelle tenante à leur église paroissiale, par laquelle on y entre, quoyque la chapelle ait une porte distincte, et dont l'entretien est à charge de la communauté (A.E.M.,Rég Octrois , 1721)

    On engloba cette chapelle (probablement l'autel et l'église primitive), suite à l'incendie de 1828, dans la nef droite de l'église

    Notre-Dame de Messine

    Actuellement l'autel de cette chapelle forme la nef gauche de notre église.

    « Li collatons de la cure St-Servais d'iceli, ville et de la cappele Nostre Dame in icelle église »(A.P.A., Abbaye de Saint-Ghislain, 1428)

    « L chapelle perpétuelle Notre Dame fondée en ladite Eglise de Estambruges »

    Citée en 1597, 1627, 1710, 1729, 1755

     

    Rue Albert Ier vers la rue Colae

    Chapelle Ste Catherine

     

     

    Rue Colae , sur la droite :

    Notre-Dame de la Consolation

    Erigée en 1859 par Joseph Debar

    Propriété de Georges Gosselin, GDV

     

    Sur la droite toujours, dans le mur de la grange de l'ancienne ferme Cordier (on disait al'cordière car on y faisait des cordes) :

    Chapelle Ste Thérèse

     

    Un peu plus loin , à gauche

    Notre-Dame de Pic-de-court : Pecquencourt à la lecture

    Erigée dans un but analogue à celui de St Roch, par Jean-Baptiste Moutiez dit Baptiste DET en 1848

     

    A gauche se trouve le chemin St Roch

    Au milieu du chemin la chapelle dédiée à ce Saint

    Chapelle St Roch

    Erigée en 1849 par la souscription des habitants de la commune afin d'éloigner une épidémie de choléra qui décimait la population

    Jean-Baptiste Leroy Manfroy fit don du terrain nécessaire à son édification

    Au-dessus de la porte, une inscription, aujourd'hui disparue, la pierre de fronton est à terre :

    Dédiée à St Roch

    par les habitants de Stambruges

    lors de l'invasion du choléra en

    juin 1848

     

     

    A quelques mètres sur la droite un sentier vous conduira à la Dame des Bois

    Notre Dame de l'Erconpuch

     1385223_215435298631568_764153015_n.jpg

     

    Faire demi-tour, revenir au chemin St Roch, tourner à droite longer la Fabrique Fouquemberg, suivre tout droit jusqu'au pont du canal. Traversez vers le chemin de la Comtesse ( route à pavés)

    A votre droite

    Le Calvaire

    Point culminant de la Garenne (qui s'étale derrière) elle figure au plan  de 1724

     

    A quelques mètres sur le chemin de la Comtesse sur votre droite (en descendant la butte)

     

    La Chapelle Notre-Dame du Buisson

    Se trouve à l'entrée du bois et paraît la plus ancienne construction de ce genre,

    Une pierre grise au faîte de la façade porte la date de 1701.

    On dit que l'on venait y prier pour les jeunes mariés.

     

    Revenez sur vos pas descendez le pont du canal, rue du Calvaire. Passez le projet Boulle sans vous presser juste pour admirer son horloge, une des horloges de l'Eglise de Stambruges

    Au croisement de la rue Géologue Maurice Robert, dans le mur d'un théâtre , le Salon Mandine, devenu des habitations 

    Petite Chapelle St Roch :

     

    Continuez sur la rue du Calvaire, passez la Place du Tiwé (Tilleul), sur votre droite

    Chapelle Saint Hubert

    Erigée en 1696 et ombragée de tilleuls qui lui forment berceau.

     

    Nous voilà à la moitié du parcours. Si vous vous sentez fatigués continuez cette rue du Calvaire , empruntez la rue Albert Ier et retrouvez l'Eglise.

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Nous continuons :

    De la chapelle St Hubert, prenez le petit ilôt de maisons à votre droite, prenez le premier sentier à gauche, au bout des murs de cette ruelle (trouver le nom) tournez à droite dans une autre ruelle, vous arrivez dans la rue Géologue Maurice Robert, natif de Stambruges, mais cela est une autre histoire, tournez à gauche vers le Moulin du Rié, sur votre droite avant le ruisseau du Rieu encore à découvert, encastrée dans le mur,

    Chapelle St Antoine,

     

     Reprenez votre route vers la Place du Croquet,

    J'ai souvenir d'un petite chapelle encastrée dans le mur droit du café du Croquet , aujourd'hui cette chapelle n'existe plus

     

    Rue du Rieu, gardez le trottoir de gauche

    Juste après la grange dont la grand porte est orné du sigle des cigares des pharaons (souvenirs de la Ducasse St Servais 1993 : )

    Chapelle de la Sainte Vierge

     

     

    A hauteur de cette chapelle, traversez la Rue du Rieu Bouillant pour emprunter la Rue à Blanc Pain. En haut de cette rue, au croisement, empruntez le chemin non asphalté en face

    Chapelle Notre-Dame des Champs, Marie-Rose Mystique

    Erigée en 1992 sous un tilleul, par les époux Barbieux Populaire

    L'ancien tilleul abritait un puits, qui s'est effondré

     

    Revenez à la rue à Blanc Pain, passez sur le côté de la Guiguine, devant l'Aubette (la maison du garde barrière) du chemin de fer et continuez tout droit jusqu'au bois

    Prenez à droite.

    Chapelle Sainte-Appoline, Notre-Dame de Lorette, Kapiél à maux din

    Erigée en 1808, en la couture des bilautes, on y invoque Sainte Appoline pour le mal de dents. Elle fut primitivement dédiée à Notre-Dame de Lorette.

    Cette chapelle s'écroula en 1915 et fût rebâtie un peu plus grande.

    Retounez sur vos pas et empruntez le Chemin Convoi en direction du Moulin à vent Frison

    Au bout de ce chemin sur le pignon de la dernière maison à droite, (Maison Marie Touron)

    Chapelle ou Capelette Ste Anne

    Anciennement une petite chapelle à la jonction du chemin des convoi et de Mons à Tournai , édifié par Jean Leborgne en 1772 . En 1840 Pierre-Joseph Frison fit encastrer la petite chapelle ainsi que la pierre bleue qui porte l'inscription :

    « Fait charité, pour l'entretien de la chapelle de Sainte Anne - anna Ora pro nobis », dans le pignon de la maison qu'il fit construire.

    Aujourd'hui cette chapelle est vide, vandalisée

     

    Prenez la rue des Meuniers qui revient vers le village, empruntez la rue Antoine Gosselin vers la gauche et tout droit rue du Roi George, sur le coin droit du début de la rue Paul Emile Janson,

    La Chapelle du Croquet

    Celle-ci se trouvait anciennement sur le coin gauche (anciennement les Ecoles, aujourd'hui pizzeria)

    Elle fut réédifiée à l'endroit actuel lors de la construction du pont (le Rieu toujours) en 1826

     

    Remontez la rue Paul Emile Janson, à droite rue Albert Ier, vous arrivez à l'Eglise Saint Servais

    En tout en cette année 2015, 18 chapelles sont répertoriées

    Tout en haut du Happart dans le bois , à la limite de Stambruges et Sirault, se trouve la chapelle du Bonsecours.

     

    Lien permanent Catégories : 2015 tour des Kapièles, 7-3 Patrimoine CHAPELLES, Balade : Tour des Kapièles, Balades dans nos villages 0 commentaire
  • 2015 Saint Nicolas

    Imprimer

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (103).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (74).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (114).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (57).JPG

     

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (2).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (36).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (3).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (39).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (4).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (40).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (5).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (41).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (6).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (46).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (7).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (48).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (8).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (49).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (9).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (50).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (10).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (51).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (11).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (57).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (14).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (54).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (15).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (43).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (16).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (45).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (17).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (75).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (18).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (76).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (77).JPG

     

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (19).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (80).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (20).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (82).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (21).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (83).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (22).JPG

     

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (84).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (74).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (23).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (72).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (86).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (24).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (88).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (25).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (89).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (26).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (90).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (27).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (91).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (28).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (94).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (29).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (96).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (30).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (98).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (41).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (101).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (34).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (104).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (37).JPG

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (106).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (60).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (109).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (63).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (111).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (66).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (113).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (69).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (70).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (70).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (72).JPG

     

    DSC_9743Saint Nicolas 2015 (70).JPG

     

    Toutes les Saint Nicolas.....

     

    Lien permanent Catégories : 1-D SAINT NICOLAS, 2015 Saint Nicolas dans les rues 0 commentaire
  • 2006 Pâques Vie Féminine

    Imprimer

    Un goûter de Pâques organisé par les membres de Vie Féminine

    LARGE21.JPG

    LARGE02.JPG

     

    LARGE03.JPG

     

    LARGE01.JPG

     

    LARGE04.JPG

     

    LARGE05.JPG

     

    LARGE06.JPG

     

    LARGE01.JPG

     

    LARGE07.JPG

     

    LARGE08.JPG

     

    LARGE09.JPG

     

    LARGE10.JPG

     

    LARGE11.JPG

     

    LARGE12.JPG

     

    LARGE13.JPG

     

    LARGE14.JPG

     

    LARGE15.JPG

     

    LARGE16.JPG

     

    LARGE17.JPG

     

    LARGE18.JPG

     

    LARGE20.JPG

     

    LARGE22.JPG

     

    LARGE23.JPG

     

    LARGE24.JPG

     

    LARGE25.JPG

     

    LARGE26.JPG

     

    LARGE27.JPG

     

    LARGE28.JPG

     

    LARGE29.JPG

     

    LARGE30.JPG

     

    LARGE31.JPG

     

    LARGE20.JPG

     

    LARGE19.JPG

     

    LARGE18.JPG

     

    LARGE17.JPG

     

    LARGE16.JPG

     

    LARGE15.JPG

     

    LARGE14.JPG

     

    LARGE13.JPG

     

    LARGE12.JPG

     

    LARGE10.JPG

     

    LARGE09.JPG

     

    LARGE08.JPG

     

    LARGE04.JPG

     

     

    Lien permanent Catégories : 1-E PÂQUES, 2006 Pâques Vie Féminine 0 commentaire
  • 1976 Photo d'école

    Imprimer

    Une photo archive de Populaire Frédéric 

    Année 1976 ou 1977 , une 4 ème année avec Madame Diane

    18560_1350299238110_8167310_n.jpg

    Lien permanent Catégories : 1976 photo d'école, 5-6 Souvenirs D ECOLES 0 commentaire
  • 1929 Courses hippiques

    Imprimer

     Photos et Archives de Monsieur Louis Populaire, scannées aimablement par son fils Francis

    De 1897 à 1921 Monsieur Antoine Gosselin fut le Mayeur de Stambruges

    Le Livre "Stambruges... Un peu du passé" , de Messieurs Antoine Gosselin et Jean Rolland parut en 1939.

    Il fut préfacé par Monsieur Louis Haubourdin , Mayeur du 11 juin 1921 à 1927 

     

    Monsieur Louis Populaire a reçu 7 recueils de notes manuscrites sur les 10 numérotés 

    Voilà à quoi ressemble ces volumes 

    Un énorme merci pour ce merveilleux partage

    Vol X page 16

    Vol X page 16 Courses de Stambruges 14 Juillet 1929-page-001.jpg

    Lien permanent Catégories : 12 Les SPORTIFS, 6- ANTOINE GOSSELIN notes manuscrites, Courses hippiques, VOL I - 1929 Courses hippiques 0 commentaire
  • Maison Communale 14-18

    Imprimer

    Trouvé sur le net

    maison communale

    Lien permanent Catégories : 5-8 CARTES POSTALES, 7- HISTOIRE et VISITES, Maison Communale, Stambruges, cartes postales 0 commentaire
  • Les Campenaires et leur curé en 1833

    Imprimer

     

     Photos et Archives de Monsieur Louis Populaire, scannées aimablement par son fils Francis

    De 1897 à 1921 Monsieur Antoine Gosselin fut le Mayeur de Stambruges

    Le Livre "Stambruges... Un peu du passé" , de Messieurs Antoine Gosselin et Jean Rolland parut en 1939.

    Il fut préfacé par Monsieur Louis Haubourdin , Mayeur du 11 juin 1921 à 1927 

     

    Monsieur Louis Populaire a reçu 7 recueils de notes manuscrites sur les 10 numérotés 

    Voilà à quoi ressemble ces volumes 

    Un énorme merci pour ce merveilleux partage

     

     

    Vol IX page 139 à 140 Stambruges, il y a cent ans.

    On lit dans l'Observateur du Hainaut du vendredi 23 août 1833 l'article ci-après

     

    Vous ne connaissez pas le village de Stambruges ! Tant pis pour vous, car le village de Stambruges est chose curieuse pour le moment.

    Figurez-vous à un quart de lieue de la Grand Route de Tournay à Mons, quelques maisonnettes courant l'une après l'autre, un clocher neuf, un presbytère neuf et un cabaret voisin, voilà Stambruges.

    Belle affaire, direz-vous ! Un moment et écoutez avant de prononcer.

     

    Pendant près de seize ans, Stambruges eut un un int.... à sa cure . Le presbytère tombait en ruines et nul pasteur n'avait voulu accepter la mission de veiller sur son troupeau dans une aussi mauvaise guérite.

    On dit alors aux Stambrugeois : «  Voulez-vous un curé ? Faites une cure. » Et les Stambrugeois, soit froideur, soit pénurie, ne faisaient pas de cure et n'avaient pas de curé.

    Cependant, faute d'un moine, l'Abbaye ne manque pas !

    Le curé de Grandglise cumula les deux ministères et doubla ses bénéfices en doublant sa besogne.

    Curé et paroissiens, tous étaient contents. Les Grandglisois prêtaient sans regret leur curé, que les Stambrugeois leur rendaient intact. C'était un nouveau lien moral et religieux entre les deux villages si bien faits pour s'entendre.

    Mais hélas, qui peut compter sur quelque chose de stable ?

    Il y a cinq ans, l'église de Stambruges vint à brûler, et voilà Stambruges sans curé, sans cure et sans église.

    C'était par trop fort et comme il n'y avait pas moyen de vivre sans église, il fallut en bâtir une.

    Comment on s'y prit, je l'ignore, toujours est-il que Stambruges eut une église telle quelle ; mais comme l'appétit vient en mangeant, les constructeurs trouvèrent moyen de bâtir une cure à côté de l'église, et comme ils avaient une cure, Il voulurent avoir un curé.

    Voilà donc qu'on leur dépêche un vicaire de Péruwelz, il y a de cela 3 ans (1830)

    Stambruges reçut le saint homme avec une « pompe «  royale. Il y avait des fleurs sur toutes les fenêtres, on dit même qu'il y avait des « péta... », c'était ravissant .

    D'abord, tout alla bien, le curé était le meilleur homme du monde, doux, bien, indulgent. On ne jurait que par le curé, on bénissait le ciel, l'évêque, l'église brûlée, la cure et le curé. Il s'était mis en quatre, le saint homme pour s'imp.... chez ses ouailles, et il y réussit au mieux.

    « C'était la lune de miel ! »

    Elle ne fut pas longue. Quand le dévot personnage se crut sûr de son fait, il jeta soudain le masque, redevint homme d'église, se montra dur, altier, prêcha contre l'un, contre l'autre, donna de droite à gauche et se déclara l'ennemi de la danse et des cabarets du village. Il n'en fallut pas tant pour se faire détester autant qu'il était aimé d'abord.

    Les habitants de Stambruges ne tardèrent pas à déserter la chaire pour le cabaret, ils préféraient la bonne bière au mauvais sermon, et avaient bien raison, ma foi.

    Monsieur le curé se formalisa de l'impolitesse, et un jour qu'il était demeuré presque seul en chair, au milieu d'une « période », il s'élance hors de la tribune ...., sort de l'église et court au cabaret. De l'église au cabaret, il n'y a qu'un pas, les deux portes se regardent.

    Voyez-vous, d'un côté, des buveurs intrépides, immobiles à leur table ; de l'autre le curé prêchant contre l'intempérance, et rouge de colère, ordonnant à ses paroissiens de laisser là leur boisson pour venir se nourrir de sa parole. Nul ne bougeait !

    Le cabaretier prit la défense de ses intérêts, reprocha au curé sa concurrence illégale, lui dit qu'il n'allait pas dans son église lui enlever ses pratiques et qu'il eut à lui laisser les siennes.

    Force fut au curé de quitter la place.

    Après maintes tentatives de ce genre, toutes aussi infructueuses, il s'avisa d'un autre moyen.

    A peine la messe est-elle commencée, que Monsieur le curé fait fermer toutes les portes de l'église et force est aux paroissiens d'entendre jusqu'au bout, bon gré malgré.

    Cette mesure a donné lieu à une réclamation au bourgmestre. On voulait avoir les portes ouvertes

    Le curé rassemble sa fabrique et lui propose de signer une décision qui autorise le curé à tenir à volonté ses portes ouvertes ou fermées.

    Le conseil de fabrique ne signa cette autorisation mais le bourgmestre n'écouta pas les réclamations des Stambrugeois. Voilà donc ces pauvres habitants forcés d'être .... à la volonté du curé qui peut leur infuser la « partie » sacrée. Ne vous semble t'il pas voir des poulets en cage, que l'on engraisse pour une fête patronale. Ce sera une excellente manière de pourvoir aux auto-......., quand l'inquisition sera rétablie. Ce qui ne peut tarder grâce à notre saint clergé et à nos év^ques et archevêques.

     

     

    NB : Il s'agit ici de François Joseph Gilmont, né à Soignies le 28 mai 1804, d'abord vicaire de Péruwelz, fut nommé à la cure de Stambruges en 1831, où il resta 10 ans. Il eut continuellement maille à partir avec ses ouailles et passait pour un galant homme. Aussi avait-il beaucoup de succès auprès du sexe faible et il était l'objet de critiques acerbes de la part de la population et la risée publique.

    Il dut démissionner en 1841 et fut nommé Chapelain aumônier du Prince de Ligne à Beloeil, où il put continuer le même genre de vie et provoqua plusieurs scandales

     

    vol_ix_page_139_a_140_stambruges_il_y_a_cent_ans-page1.jpg

     

    vol_ix_page_139_a_140_stambruges_il_y_a_cent_ans-page2.jpg

     

    vol_ix_page_139_a_140_stambruges_il_y_a_cent_ans-page3.jpg

     

    vol_ix_page_139_a_140_stambruges_il_y_a_cent_ans-page4.jpg

     

    vol_ix_page_139_a_140_stambruges_il_y_a_cent_ans-page5.jpg

     

    Lien permanent Catégories : 1833 Les campenaires et leur curé, 6- ANTOINE GOSSELIN notes manuscrites, 6- BIBLIOTHEQUE, 7- HISTOIRE et VISITES, 8 FIGURES LOCALES, Curé Gilmont, Eglise, Eglise St Servais, VOL I - Les campenaires et leur curé en 1833 0 commentaire